Blog

  • Centenaire de Philippe ÉBLY

    • Par
    • Le 26/01/2020

    Ph ebly 1983

    Cette année, Philippe ÉBLY (né le 29 juillet 1920)  aurait eu 100 ans. Je ne pouvais pas faire l'impasse sur cet anniversaire.

    Son oeuvre littéraire a marqué plusieurs générations, et m'a particulièrement touché. Je n'oublierai jamais ses qualités humaines et son talent particulier pour créer des histoires crédibles, imprégnées de légendes sur fond historique.

    Si je peux exprimer un souhait en cette année anniversaire, j'aimerais que ses livres ne soient jamais oubliés et puissent faire l'objet un jour d'une adaptation pour la télévision ou le cinéma. 

    Plusieurs fois, il y a eu des espoirs dans ce sens, mais les projets n'ont jamais aboutis, faute de crédits probablement.

    Le livre qui aurait pu être adapté au cinéma, il y a longtemps, c'était "destination Uruapan" et particulièrement la nuit de Quetzalcoalt, mais celui qui a été au delà de la simple intention était "la ville qui n'existait pas", un projet de l'ORTF avant qu'elle ne disparaisse, et le tournage devait se faire dans la cité de Carcassonnes (Aude). On cherchait déjà de jeunes acteurs pour incarner les Conquérants de l'impossible.

    Pour ma part, je voyais "l'éclair qui effaçait tout" mais cela aurait coûté trop cher, sauf qu'aujourd'hui, avec les moyens modernes, on peut probablement créer une légion romaine  avec peu de moyens. 

    J'avais espérer voir "l'évadé de l'an II"  adapté sur le grand écran, une belle aventure  trépidante, mettant en scène un faux Louis XVII attachant, Jean-Marie Hervagault, dans le contexte dangereux et fascinant de l"époque révolutionnaire. 

    Si tout cela ne se réalise pas dans les prochaines années, ce n'est pas grave, Philippe Ébly aura de toute manière imprégné des générations de lecteurs, et fertilisé les imaginations de chacun d'entre nous pour de longues années encore.

    BIen à vous

    JM

     

     

  • L'aventure continue

    • Par
    • Le 13/12/2015

    J'ai eu envie de faire partager ce petit cadeau de Philippe Ebly, le synopsis d'un de ses romans. C'est le plus ancien que j'ai en ma possession, il est très important pour moi car pour la première fois, j'avais eu la chance d'entrer dans un de ses romans avec mon vrai prénom. Après de longs mois sans avoir eu le temps d'ajouter quelque chose sur ce site, j'ai pensé que je pouvais attendre un peu pour terminer la correspondance (1984) et vous offrir ces pages à la lecture.

    Philippe Ebly aurait aimé que l'on pense toujours à lui, en faisant vivre à notre manière ses romans, ses personnages, sans dénaturer son travail, son oeuvre.

    Ce document avait déjà été montré sur le site officiel, donc de son vivant,et il avait été d'accord pour que je le mette à la disposition des lecteurs.

    Bonne lecture à tous.

  • Philippe Ebly est toujours présent

    • Par
    • Le 10/11/2014

    Je termine aujourd'hui la mise en ligne de la correspondance de 1983. Et une nouvelle fois, je replonge dans mes souvenirs, et je m'étonne d'avoir conservé en si parfait état toute cette correspondance, plus de trente ans plus tard.

    Je regrette vraiment de n'avoir pas vu à temps que sa santé déclinait, pourtant on m'en avait fait part, mais je ne le croyais pas, il était comme éternel, si optimiste, comment pouvait-il mourir. Je ne l'ai pas vu décliner, j'ai en moi une belle image de lui, et il est toujours optimiste dans mes souvenirs, chaque fois que je pense à lui.

    Dans nos nombreuses conversations, je me souviens lui avoir demandé s'il accepterait que ses personnages continuent de vivre après sa disparition. Il ne le souhaitait pas. La longue vie des Serge et ses amis, Kouroun et ses compagnons et Xoni avec le reste de l'équipage allait donc s'arrêter le 1er mars 2014.

    Mais il y a encore deux livres qui n'ont pas été publiés pour les "patrouilleurs de l'an 4003", et un livre resté je suppose à l'état de synopsis pour les "Evadés du temps", et quelques aventures sans les héros habituels, je ne sais si Philippe Ebly aurait aimé que ces romans voient le jour après son départ.

    Je continuerai à publier les lettres, cette petite contribution m'aide à le faire revenir un peu, il est si vivant, il vit au travers ses romans publiés, et pour aussi longtemps qu'on le lira, et qu'on pensera à lui.

  • Quelques extraits de ses derniers courriers ( 2 ème partie )

    • Par
    • Le 08/09/2014

    Ph ebly2

    28 août 2008 Il évoque les ennuis de santé de son épouse, et aussi sa propre fatigue. Sa lettre se termine ainsi: A présent, ma femme est heureusement rétablie et je suis occupé à relire soigneusement six nouvelles inédites - toutes relatives à un voyage temporel d'un type différent. Chacune de ces nouvelles a sensiblement la même longueur que les récits-express déjà publiés aux "Temps Impossibles". Dès que les corrections de ces six nouvelles seront terminées, j'enverrai le tout à Dominik Vallet. Je n'ai pas besoin de te dire que je travaille le plus vite que je peux pour rattraper le temps perdu...

    04 mai 2009 Je ne peux pas te dire que j'ai mal quelque part, ni que j'ai de la fièvre, ou quoi que ce soit de ce genre, mais je passe mes journées en étant fatigué du matin au soir. Et quand le soir arrive, je regarde la télé en sommeillant à moitié, ce qui veut dire que tout ce qui est relatif à mes livres se poursuit assez mollement, et souvent avec un sérieux retard. Sans être vraiment "malade", je suis bien obligé d'admettre que j'ai 88 ans - et je t'assure que je les sens bien, ces 88 ans.

    02 juillet 2012 Comme tu l'as sans doute remarqué, notre correspondance s'est ralentie au cours des derniers mois, sans qu'il y ait de la mauvaise volonté, ni de ta part, ni de la mienne... Je ne suis pas malade, mais j'ai 91 ans et j'en aurai 92 à la fin de juillet. Quand j'arrive à la fin de la journée, je me trouve incapable d'écrire une ligne de plus :  ce ne sont pas les idées qui manquent, mais tout se passe comme si mon Bic devenait plus lourd tout à coup. Dominik Vallet a édité tout récemment un ensemble de six récits-express intitulé Sur le fleuve du temps, et je commence à écire une nouvelle aventure qui se passe à l'époque du roi Louis XI.Dernière lettre reçue de Philippe Ebly.

  • Quelques extraits de ses derniers courriers

    • Par
    • Le 09/08/2014

    Je vais reprrendre ici quelques extraits de ses lettres, ces lettres récentes  ne seront pas publiées sur ce site.

    Ph ebly2

    08 février 2008 J'ai reçu mes exemplaires du "Prisonnier de l'eau", et je suis vraiment très content de ce que Dominik Vallet a réalisé. Les illustrations de Frédéric Grivaud m'ont paru très bonnes, et j'ai bien aimé les "Carnets de Route" à la fin du livre, ainsi que les notes en bas de page pour aider les jeunes lecteurs à comprendre certaines phrases en vieux français...

    08 septembre 2007 J'ai entièrement revu "Volontaires pour l'inconnu" que j'ai envoyé à Dominik Vallet, et je revois maintenant entièrement "Un frère au fond des siècles".

    31 janvier 2007 Je connaissais un peu Dinant (Belgique), parce que mon arrière-pépé habitait là. C'est à Dinant qu'il était né, et il comptait bien y mourir "à cent ans et co en ravette" (je suppose que tu n'as pas besoin de traduction)...Malheureusement, il a fait une chute en descendant du tram, et il est mort à 89 ans, j'avais douze ans cette année là. Il m'aimait bien, parce que j'étais l'aîné de ses arrières-petits-enfants. Je me souviens de son enterrement comme si c'était hier.

    14 juillet 2006 ...Quand j'ai commencé à écrire, j'étais bien loin de penser que certaines attitudes ou certaines paroles de Kouroun, de Serge ou de Noïm pourraient impressionner à ce point des jeunes lecteurs, frapper assez leur imagination pour qu'ils s'en souviennent des années plus tard...Et c'est bien vrai que, si mes livres ne sombrent pas dans l'oubli malgré l'abandon d'Hachette et la malchance qui a frappé Degliame, ce sera dû en partie (et peut-être en totalité) à l'action du site Internet que tu as mis sur pied avec Renaud (Renaud Lemblé), avec Hervé (Bullier), avec Xolotl (Pseudonyme de Dominik Vallet)... Je songe souvent à ce gros effort que vous avez consenti au cours de ces dernières années, d'une façon tout à fait désintéressée, et je ressens une profonde gratitude pour vous trois, et les quelques autres qui vous ont aidés.

    (la suite, dans un prochain billet du blog)

  • Anniversaire de Philippe Ebly

    • Par
    • Le 28/07/2014

    Demain (29 juillet) aurait dû être son quatre vingt quatorzième anniversaire, il aurait dit presque cinq fois vingt ans.

    Depuis le début du mois je mets en ligne sa correspondance dans les premières années de notre amitié. Ces lettres je les avais conservées précieusement. J'ai aussi conservé les dernières lettres, ultimes souvenirs,  la relation par courrier ou par mail était devenue difficile ces dernière années. Dans son dernier courrier du 2 juillet 2012, il me faisait part de la sorite d'un ensemble de six récits-express intitulé: Sur le fleuve du temps (Editions Temps Impossibles) et qu'il commençait l'écriture d'une nouvelle aventure de Thierry, Didier, Kouroun et Noïm, une aventure qui se passe à l'époque du roi Louis XI. Ce roman est sans doute inachevé, il m'en avait parlé dans un courrier en février 2008. Il s'agissait du dixième volume des Evadés du Temps, il m'avait confié qu'il hésitait à l'entreprendre, car il n'était pas sûr d'arriver au bout.

  • Ouverture du site

    • Par
    • Le 07/07/2014

    Bienvenue sur le site ouvert le 7 juillet 2014 consacré à Philippe Ebly.

    Ce site a pour vocation de partager avec le plus grand nombre la correspondance entre 1981 et 1984 que j'ai conservé depuis toutes ces années.

    J'espère pouvoir y ajouter d'autres documents, je pense que j'ai un ou deux articles de presse.

    Je ne sais pas encore quelle sera la forme définitive du site, mais il n'est pas un site commercial.

    Jean-Marc